Cérémonie d’assermentation, Commandant Schaer

Discours de M. Schaer, Commandant de la Police de l'Ouest lausannois, à l'occasion de la cérémonie d'assermentation du 29 mars 2017

Mesdames et Messieurs en vos titre et fonction,
Chers collaboratrices et collaborateurs,
Chers amis de la POL,
Chers tous,

Comme chaque année à cette période, les médias, la population et les Autorités prêtent plus ou moins attention aux statistiques de la criminalité.

Un peu plus, si ces dernières peuvent être des sujets de discussion, de polémique, voire de remise en question, un peu moins, si elles s’inscrivent dans une tendance positive et continue.

Concernant l’Ouest lausannois, les résultats communiqués sont réjouissants puisque le nombre d’infractions au code pénal, à l’instar des trois années précédentes, continue de diminuer, soit de 9 % pour le district.

Le nombre d’infractions, quant à lui, est de 75 pour 1’000 habitants… soit 0,075 % de (mal)chance pour 1 habitant de l’Ouest lausannois d’être la victime, ou l’auteur, d’une infraction au code pénal.

Nul besoin d’être mathématicien pour énoncer que 0.075 est indubitablement plus proche du 0 que du 1.

Dès lors, en faisant abstraction des problèmes de trafic aux heures de pointe et des nombreux chantiers qui le perturbe, les Autorités de l’Ouest lausannois sont en droit de revendiquer, certes sans triomphalisme, mais haut et fort tout de même, qu’il fait bon vivre dans ce district, qu’il fait vraiment bon vivre dans l’Ouest lausannois.

J’ai d’ailleurs trouvé sur anibis.ch une petite annonce tout à fait à propos : « Prochainement dans l’ouest lausannois : Appartements (au pluriel) au 52ème étage, vue sur l’agglomération lausannoise et lac cherchent locataires, plutôt calmes et si possible sans casier judiciaire ».

Fin de la parenthèse, revenons à nos chiffres … 12

12, c’est le nombre d’aspirants dont s’est réjoui M. Farine dans ses propos. Je me permets de surenchérir avec un nombre tout aussi percutant. 44 …

44, c’est le nombre d’aspirants engagés depuis 2012 par la POL, soit plus de la moitié de l’effectif Police Secours.

Avec ce recul de 5 ans, nous savons que ces derniers, qu’ils soient agents ou appointés, répondent pleinement aux attentes du métier et, de la sorte, confortent autant nos choix que notre procédure de sélection, même si celle-ci, il est vrai, s’étend un peu sur la durée. A notre décharge, la patience est aussi une vertu nécessaire dans le métier de policier.

Et que dire du chiffre 0 ?

0, c’est le nombre de départ depuis l’entrée en vigueur de notre nouvelle politique salariale. Cette nouvelle situation, nous oblige, avec l’arrivée des prochains aspirants, et nous nous en réjouissons, non plus à garantir l’effectif défini par la loi, mais bien à devoir le gérer afin d’éviter, dans les années à venir, un hypothétique sureffectif.

Alors voilà, aujourd’hui, il faut le dire, la POL se porte bien, notamment grâce à l’appui permanent de nos Autorités politiques, grâce à l’énergie dépensée sans compter des membres de la Direction et grâce à l’engagement professionnel et soutenu de l’ensemble du personnel de la POL.

J’adresse, à cet effet, mes sincères remerciements à l’ensemble de mes subordonnés, toutes celles et ceux qui agissent, au quotidien, pour la sécurité des habitants de l’Ouest lausannois et pour la préservation de leur patrimoine.

M. Farine a également décrit la POL comme étant une police adulte, ayant atteint son rythme de croisière. J’adhère évidemment à ses propos, mais précise cependant, que cette zone de confort, dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui, et peut-être demain, doit être redoutée tant sur un plan opérationnel qu’organisationnel. Car au jour d’aujourd’hui, seul survit celui qui se remet en question, se réinvente, progresse.

Pour appuyer cette idée, je me permets de me référer aux propos tenus par Dan Ratushny, entraîneur du LHC, qualifié pour les playoffs, très tôt, trop tôt dans la saison.

Tout comme lui, nous pourrions très bien nous dire (mais sans l’accent): je cite  : «Ah ouais, c’est quand même chouette d’avoir déjà fait ça. Mais le moment n’est pas venu de s’asseoir et de contempler. Notre but est d’aller de l’avant. » fin de citation.

Conscient du risque de relâchement de son équipe jusqu’au terme de la saison régulière, mais malgré tout incapable d’inverser la tendance lors des play-offs, cet entraîneur avisé a vu ses inquiétudes se confirmer par une sanction immédiate et sans appel. Le LHC a été éliminé au 1er tour, 4:0 au meilleur des 7 matchs.

La POL face à ses responsabilités et ses engagements ne pourrait se permettre un fatal 4:0.

Ainsi, toute émergence d’un phénomène criminogène ou d’un dysfonctionnement organisationnel, susceptible de prendre une ampleur non souhaitable et non souhaitée, ne doit jamais être sous-estimée.

Si la POL peut être fière de son parcours et de ses résultats, elle n’a cependant aucune raison de s’asseoir et de contempler, car son but, notre but, est bien celui d’aller de l’avant !

En effet, qui peut le plus peut le moins et quand on ne peut plus faire plus, il est encore possible de le faire mieux.

Pour terminer cette partie, je m’adresse à nos nouveaux agents fraîchement brevetés, à qui je souhaite une longue et enrichissante carrière, de préférence à la POL.

Fiers de votre réussite, vous l’êtes déjà, convaincus et motivés, encore plus.

Très bien formés aux pratiques de base, il vous reste à acquérir l’expérience du terrain.  Certains parlent même d’un baptême du feu.

Je vous rends cependant attentif à l’autorité que la fonction vous octroie.

En abuser, peut vite se transformer en un vice, qui ne peut être toléré. Faites donc en sorte de rester humble et clairvoyant dans sa perception. C’est avec cet état d’esprit que vous irez de l’avant et pas autrement.

Merci pour votre attention.